Le coup de gueule du jour : la maltraitance médicale

Me voilà de retour ! J’ai été quelque peu malade suite à la Saint-Valentin, j’ai donc du faire une petite pause bloggistique. Je me suis donc quand même posée la question : est-ce c’est cette fête qui m’a donné la gerbe ou la gastro… Je ne saurais jamais, mais le timing était assez ambigu.

Tout ça pour dire, que suite à cet épisode viral, je me suis dit que j’allais vous parler de quelque chose pile dans le thème : la maltraitance médicale!

Il y a quelques sujets qui me mettent hors de moi, et celui-ci fait depuis quelque temps partie du top énervement.

Maltraitance médicale

Petite histoire vraie de maltraitance médicale

Bon en vrai, ce n’est pas suite à ma gastro que j’ai décidé de parler de ça, mais plutôt suite à une conversation avec une de mes collègue. Cette collègue, qu’on nommera Gertrude pour des raisons bien évidentes de confidentialité, a eu son 2ème enfant à 42 ans. Curieuse comme tout, je lui ai demandé pourquoi ils avaient attendu aussi longtemps entre les 2 (même si elle fait bien ce qu’elle veut la pauvre, mais j’adore connaître les histoires des gens #fouine)

J’ai donc appris que ce n’était pas forcément volontaire d’avoir attendu si longtemps, mais plutôt suite à une sorte d’erreur médicale. Après son premier enfant, elle a eu un petit problème gynécologique (me souviens plus exactement des détails) qui a nécessité une intervention chirurgicale. Quand elle a voulu faire son 2ième enfant à 35 ans, elle a galéré pendant 2 ans avant de se tourner vers un spécialiste. S’en est suivi le parcours du combattant habituel des traitements hormonaux et inséminations, pour que 3 ans plus tard, face à ces échecs, sa gynéco ne lui fasse enfin faire des examens plus poussés. Résultat : le chirurgien qui l’avait opérée toutes ses années auparavant lui avait coupé un bout de trompe de Fallope…

Gertrude s’est souvenue à ce moment là qu’après l’opération, le chirurgien (d’ailleurs apparemment très reconnu dans le milieu) lui avait balancé une petite phrase en l’air : “vous ne ferez plus d’enfant de toute façon”… Elle n’avait pas relevé à l’époque, son gynécologue traitant non plus…

Ce qui me scandalise, ce n’est pas l’erreur médicale en elle même, les médecins sont des humains, ce sont des choses qui arrivent. Ce qui m’a réveillé l’ulcère et qui m’a mise hors de moi, c’est ce manque d’empathie et de pédagogie du chirurgien et de sa gynécologue !!! Personne n’a pris la peine de lui expliquer ce qui s’était passé pendant l’opération, les conséquences potentielles, les solutions…

Médecin sadique

Le drame d’une maltraitance ordinaire

Cette histoire reflète parfaitement la prétention et le manque de respect de beaucoup de médecins et personnel soignant en France… Et plus j’en parle autour de moi, plus je me rends compte que c’est un vrai fléau car chaque personne avec qui j’en discute a une anecdote à me raconter à ce sujet.

On ne parle pas ici de grosses erreurs médicales, ou de choses qui sont des questions de vie ou de mort. Mais plutôt de quelque chose d’insidieux, qui est rentré dans les mœurs et que la plupart des gens semblent trouver normal….
Alors que NON

Non ce n’est pas normal quand à 30 ans tu vas chez le gynéco et qu’on te dit “Vous venez pour la pilule ou pour faire un bébé? Parce qu’à votre âge il serait temps de vous y mettre…” Cher Monsieur le gynéco, vous ne connaissez pas ma vie, vous ne savez pas si je suis en couple ou pas, si j’ai une situation qui me permet de faire un enfant… Je ne vous permets pas de me dire à quel âge il faudrait que je fasse un enfant ou pas (BORDEL).

Non ce n’est pas normal d’attendre systématiquement 1h30 dans le cabinet d’un médecin qui pratique pourtant depuis moultes années… Après 30 ans d’expérience, on commence à connaître un peu la durée des consultations et on devrait savoir adapter son emploi du temps non?

Non ce n’est pas normal qu’un ORL s’adresse à une patiente quasiment sourde sans adapter le volume de sa voix (Qu’est-ce qu’il diiiiiiit?????)

Non ce n’est pas normal qu’un médecin vous regarde avec mépris et ironie quand on lui dit qu’on fait du sport alors qu’on a quelques kilos en trop.

Non ce n’est pas normal qu’un chirurgien te recouse en te mettant des agrafes plutôt que des points parce qu’il était pressé, même si la cicatrice sera moins belle…

Non ce n’est pas normal qu’un médecin prenne votre problème par dessus la jambe et ne fasse pas l’effort d’avoir un minimum d’empathie  :

" - Bon ben vous avez des rhumatismes articulaires
- Mais je n'ai que 27 ans...
- ...
- Du coup qu’est-ce que je peux faire quand j’ai mal ?
- Oh bah il n'y a pas grand chose à faire, faut attendre que ça passe”

Ok j’ai pas un cancer ou une maladie hyper grave, mais si je m’adresse à un professionnel c’est que j’ai besoin qu’on m’explique et qu’on m’accompagne pour ce problème non?

Je trouve ça indécent que, sous prétexte que les médecins aient la connaissance, ils se permettent d’être pédant et hautains avec le commun des mortels. Ils jugent les patients au lieu d’essayer de les comprendre et de les rassurer.

Et nous pauvres cons, on ne dit rien. On reste tellement bêtes, et on se sent tellement ignorants qu’on subit ces maltraitances sans rien dire… Et puis souvent, quand on consulte un médecin c’est qu’on est en position de faiblesse, et qu’on a besoin d’aide, on n’est pas forcément au top pour réagir…

Un peu de lecture sur le sujet :

Certaines des histoires ci-dessus sont les miennes, d’autres m’ont été racontées. Et je me suis limitée, j’aurais pu en faire un livre (décidément entre mon futur livre sur les anecdotes de sites de rencontre et celui là, je vais bientôt pouvoir envahir les librairies!)

Mais je laisse ça au professionnels, notamment à Martin Winckler, un médecin généraliste installé au Québec, qui a écrit 2 livres passionnants : Les Brutes en blanc et Le Choeur des femmes.

Le Chœur des femmes a été écrit sous forme de roman. On y suit Jean Atwood, jeune interne brillante qui a pour ambition de devenir chirurgienne gynécologique. Elle est poussée à faire un stage dans un service de Médecine de la femme, et y arrive avec plein de préjugés et de dédain… On la voit au fur et à mesure du livre prendre conscience d’une certaine forme de misogynie dans ce milieu et même de maltraitance envers de nombreuses femmes. Hyper agréable à lire, mais surtout révoltant de vérité.

Les Brutes en blanc est un livre un peu plus générique sur la maltraitance médicale en France. Le premier chapitre des Brutes en blanc est d’ailleurs consacré à définir ce que soigner veut dire et parle de la relation de soin entre un patient et son médecin. Je ne m’aventurerais pas à faire un résumé car je pense que je n’arriverais pas bien à retranscrire tout ce qui est dit, je vous conseille donc fortement de le lire! (elle se fait pas chier la meuf quand même).

Il y a pas mal de ressemblances et d’histoires similaires, donc ce n’est pas forcément indispensable de lire les 2. J’ai pour ma part préféré Le Chœur des femmes, plus facile à lire et plus touchant car raconté comme une histoire, à laquelle j’ai parfois pu m’identifier.

Comment faire changer les mentalités?

Vaste question !

A mon niveau voilà ce que j’essaye de faire :

  • Ne plus me laisser faire quand un médecin me fait une petite blagounette ou réflexion déplacée. C’est un bon entraînement pour ma répartie et mes concours de punchlines !
  • Laisser des avis en ligne. Je trouve ça plutôt bien dans cette ère d’internet qu’on puisse s’entraider à reconnaître les médecins soignants des médecins maltraitants.
    Attention cependant aux dérives qui peuvent briser des carrières à cause des haters masqués d’internet (ça aussi ça fait partie des sujets qui me hérisse les poils du cul, je pense que je ferais un article dessus un jour ou je serais bien énervée!)
  • Insister pour obtenir des explications simplifiées. Tant que je ne comprends pas, je pose des questions. Appelez-moi Jean-Reloue mais je ne sors désormais plus d’un cabinet tant que je n’ai pas compris ce que j’avais, comment je l’ai eu, comment le soigner et combien de temps ça prendra.

Je pense que grâce à mon petit blog de pacotille l’association des médecins de France va prendre les choses en main et faire de grandes réformes… C’est beau de rêver hahaha!!

Mais sans rire, pour moi ce sujet c’est un peu comme l’écologie, le féminisme ou tout autre combat de société. C’est en en parlant, et en faisant tous ne serait-ce qu’un petit  effort à son niveau, qu’on peut commencer à faire évoluer les consciences et améliorer les choses. Je vis peut-être dans le monde des Bisounours mais ça me fait du bien au moral de me dire que ça peut marcher !

PS : une petite pensée quand même pour tous les bons médecins qui allient compétence et écoute, car il y en a quand même 🙂

Une fille toute simple, parfaitement imparfaite, ayant une forte propension à l'exagération et à la bonne humeur.

Commentaires (4)

  1. D’accord avec toi sur toute la ligne !!!
    Et trop cool pour ton concours de punchlines, j’ai hâte de voir ça ! 😉

  2. Tellement d’accord ! J’ai même cru reconnaitre une de mes anecdotes 😉 Ou sinon on a rencontré le même médecin débile !

  3. Tellement d’accord avec toi !
    Y’en a marre de ces personnes qui sous prétexte qu’ils ont fait douze difficiles années de médecine peuvent nous prendre pour des corps sans conscience, s’abstenir de faire de la pédagogie, nous faire payer des séances horriblement cher pour rien…
    Pourquoi est-ce donc si difficile de trouver un praticien attentif et respectueux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *