La kinésiologie, ou la thérapie cheloue qui fait du bien

Depuis ce début d’année 2019, je me suis lancée plein de défis et résolutions. Et je peux vous dire que pour une fois, je les tiens plutôt pas mal…

Bon on est que le 15 mars, mais j’ai déjà tenu 66 jours de plus que d’habitude : je pense que je peux déjà être fière de moi 🙂

Cet article aujourd’hui est consacré à l’une de ces résolutions : suivre une thérapie.

Thérapie pour tous !

Non je ne suis pas dépressive ou complètement névrosée (juste à moitié), mais je pense que tout adulte devrait faire une thérapie.

Je n’ai jamais rencontré une personne qui soit saine d’esprit à 100%, même si parfois y en a qui essayent de me le faire croire : MENSONGES ! Tout le monde a des névroses !!!!

Comment je me suis décidée à faire de la kinésiothérapie?

Bon, comme vous pouvez-vous en douter, j’ai mis pas mal de temps avant de me décider… Déjà parce que les décisions et moi c’est une grande histoire d’amour (un des axes de travail sur moi-même d’ailleurs), et puis surtout : quoi choisir??

Psychologue, psychothérapeute, psychiatre, hypnose, kinésiologie, sophrologie… le choix est tellement vaste que ça m’a fait pousser 12 nouveaux cheveux blancs de stress.

L’an dernier j’avais tenté la psychothérapie classique, mais je crois que parler à une inconnue ne me convenait pas plus que ça… Je disais ce que j’avais envie de dire, et n’osait pas forcément aborder les problèmes pour lesquels j’étais venue. Et elle ne m’y a pas forcément poussée plus que ça. Donc payer 50 balles tous les mois pour raconter des conneries, je préfère encore aller boire un café en terrasse, ça coûte moins cher (enfin ça dépend des terrasses…)

J’ai également tenté la thérapie par le chocolat, puisqu’il parait que c’est un anti-stress et un anti-dépresseur… Sauf que, ce que les scientifiques ne prennent pas en compte, c’est qu’en mangeant du chocolat, on grossit. Et qui dit gros cul, dit déprime. Échec

Mon dernier essai a donc été la kinésiologie, dont m’avait parlé une amie.

La kinésiologie : mais qu’est ce que c’est que ce truc?

Je vous avoue que j’ai mis un petit moment avant de me lancer. Quand ma pote m’en parlait, ça avait l’air un peu barré, voire même beaucoup : des phrases à répéter, des lettres à brûler, le travail sur les énergies…

Au départ, je me suis dit que c’était encore un truc pour les gens un peu perchés. Sauf qu’en fait, il faut que je l’admette : j’adore les trucs de gens perchés 🙂

Voyante

Je vous donne la définition de la FFK, (c’est comme la Fédération Française de Football, mais pour la kinésio) :

“La kinésiologie est une pratique professionnelle destinée à favoriser un état d’équilibre et de bien-être physique, mental et social.”

Ok, mais encore ?

Si je commence à vous expliquer, je vais tartiner 3 pages incompréhensibles car c’est assez compliqué à expliquer. Pour ceux que ça intéresse, je vous laisse consulter cet article de Santé magazine qui explique tout très bien.

Comment se déroule une séance

Le principe de base est que le/la thérapeute effectue des tests musculaires pour mettre en évidence des déséquilibres énergétiques et des stress émotionnels.

Lors de ma première séance, nous avons donc commencé par discuter des raisons qui m’amenaient, et les points sur lesquels je souhaitais travailler.

Ensuite, on s’allonge sur une table de kiné, et les tests musculaires commencent : en effectuant une pression légère sur mon poignet et en parlant à mon corps, la kinésiologue ressent le relâchement musculaire, signe qu’il y a un stress.

Alors, première question que je lui ai posée (je dois la saouler à lui poser 20 mille questions, mais bon) : lorsqu’on est stressé, le plus souvent on se crispe non? Et bien apparemment pas du tout. Comme les citations suivantes en attestent, il y a un lien étroit entre nos muscles et nos émotions quand celles-ci génèrent du stress :  

« Les bras m’en tombent » – « J’ai les jambes en coton »

La  kinésiologue démarre en demandant à mon corps s’il est d’accord pour commencer le travail. Mon corps a beaucoup apprécié cette politesse et a dit oui apparemment.

Viennent ensuite une série de mots, qui sont apparemment des techniques, que la thérapeute marmonne dans sa barbe : “touch”, “rééquilibrage” “inversion”… et auquel mon corps répond.

Je me suis un peu sentie exclue de cette discussion privée entre elle et mon corps à vrai dire.

En fonction de tout ça, la kinésio oriente la séance vers une technique ou une autre. J’ai par exemple eu le droit à :

  • des frictions dans le bas du dos pour rééquilibrer les énergies
  • des phrases à répéter en suivant un stylo du regard
  • de la visualisation : apparemment mon cerveau droit et mon cerveau gauche ne sont pas d’accord. Et pour remédier à cela il a fallut que je les visualise chacun dans une main et que je les réunisse au dessus de ma tête.
  • un malaxage d’oreille (apparemment j’avais un stress auditif)
  • des tapotements sur des points d’acupuncture
  • une sorte de massage crânien pour permettre à mon cerveau de mieux respirer…
kinesio cranio sacré

Un bilan plutôt positif

Je suppose qu’après avoir lu tout ça, vous aussi vous-vous dites que c’est un truc d’allumé non?

Je suis assez d’accord, dans le sens ou je n’ai pas compris grand chose à ce qu’elle m’a fait ou fait faire. Mais en même temps, j’ai l’impression que depuis 3 mois que je suis cette thérapie, je me sens un peu plus sereine et que j’arrive mieux à gérer mes stress…

Coïncidence? Je ne crois pas !

Comme je le disais plus haut, tout le monde devrait suivre une thérapie. La plus grosse difficulté (au delà de l’aspect financier qui peut bien entendu être bloquant) c’est de trouver la bonne thérapie, et le bon thérapeute.

Et puis je pense que rien que de faire la démarche d’entamer une thérapie, quelle qu’elle soit, nous aide déjà à aller un peu mieux. Admettre qu’on a besoin d’aide, et faire en sorte de se procurer cette aide, est déjà un grand pas dans sa démarche de mieux-être.

Alors, je ne saurais que vous conseiller de foncer !

Et si ça ne marche pas sur vous, au moins vous aurez des trucs marrants à raconter en société !

Une fille toute simple, parfaitement imparfaite, ayant une forte propension à l'exagération et à la bonne humeur.

Commentaires (5)

  1. Coucou, j’ai aussi récemment testé et approuvé ! J’ai été impressionnée et je pense retenter l’expérience d’ailleurs…

  2. Quel plaisir de lire que oui il ne s’agit pas d’être « malade » pour prendre soin de soi et que toute personne pourrait suivre une thérapie quelle qu’elle soit 🙂 Top ! Je n’ai jamais fait de kinesiologie mais n’en n’entend que du bien 🙂

  3. Alors moi j’ai tente récemment le shiatsu et l’hypnose pour me mettre dans de bonnes conditions pour les concours…
    Je ne sais pas si ça marche mais c’est intéressant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *