Challenge Instagram : les 100 Happy Days

J’aime bien me lancer des petits défis.

Il y a quelques années, j’avais parié avec ma soeur que je pouvais tenir 4 mois sans chocolat. J’ai tenu le coup, même si je vous avoue que la première semaine, j’ai quand même failli agresser un ado dans le RER qui était en train de manger un Kinder Bueno à côté de moi…

Ca a été une vraie victoire pour moi, et autant vous dire que ça m’a rendue fière comme un pou!

Vous me direz, il ne t’en faut pas beaucoup quand même…

Et bien justement, c’est là tout le sens du challenge 100 Happy Days : savoir apprécier les petites choses de la vie, comme cette petite victoire sur mon addiction !

Don’t worry, be happy

Mais concrètement, qu’est ce que le 100 Happy Days challenge?

C’est un défi lancé à l’origine par un mec nommé Dmitry Golubnichy.

Je pense qu’il devait être en dépression parce que personne n’arrivait à prononcer son nom correctement. Du coup il s’est dit, tiens, je vais essayer de me remonter le moral en prenant conscience de tout ce qu’il y a de bien dans ma vie.

Bon, il y a la vraie histoire en anglais sur son site si vraiment ça vous intéresse, mais c’est beaucoup moins drôle :

http://100happydays.com/about/

Son postulat de base est très simple : dans notre société actuelle extrêmement exigeante, il est souvent facile de se laisser déborder et d’être sans cesse à 2000 à l’heure. On ne prend donc plus le temps d’apprécier le moment présent, les gens qui nous entourent, et tout simplement, on ne prend plus le temps d’être heureux.

Le défi est donc le suivant : chaque jour, il faut poster une photo de quelque chose qui nous a réjoui au cours de la journée, et ce pendant 100 jours (plutôt logique vu le nom du challenge non?)

Mes 2 expériences du 100 Happy Days Challenge

Moi quand j’aime quelque chose, j’aime à fond. J’ai donc fait ce challenge 2 fois, à chaque fois via Instragram.

Certaines personnes le font également sur Facebook, quand d’autres le font vraiment pour elles et ne partagent pas sur les réseaux sociaux, mais préfèrent mettre des photos dans un petit carnet par exemple.

La première fois que je me suis lancée, c’était en avril 2016. J’avais suivi les 100 Happy Days d’une amie, et j’avais trouvé le concept vraiment génial!

Elle l’avait fait à l’époque sur le conseil d’une autre amie, à la suite d’une rupture amoureuse pour reprendre un peu goût à la vie (bon j’exagère un peu, mais vous avez pigé l’intention!)

Mes motivations à moi n’étaient pas aussi profondes, je me suis juste dit que ça pourrait être sympa à faire.

D’autant que cette même copine s’est proposée de le refaire sous un format différent en même temps que moi (les 100 Happy Meals : un repas différent tous les jours), et qu’une autre amie s’est également greffée au truc avec ses 100 Happy Fit (sur le thème de la nutrition et sport).

Beaucoup plus motivant de faire des défis en groupe !

J’ai démarré la 2ème édition cet été (en août), suite aux demandes incessantes de mes followers qui avaient adoré suivre mes aventures quotidiennes en 2016 (encore un peu d’exagération, mais bon je viens du Sud, je ne peux pas m’en empêcher)

Cette fois-ci, l’objectif était un peu différent. J’étais dans une période de transition dans ma vie, je changeais de travail, de ville, et j’étais un peu stressée à l’idée de tous ces bouleversements. Quand mes amies (donc mes followers) m’ont reparlé de ce truc, je me suis dit BANCO !

Voir le positif dans ma vie tous les jours me permettrait d’un peu moins focaliser sur tout mes stress du moment…

Voilà quelques exemples de mes Happy Days :

Quel bilan?

J’ai fait le challenge 2 fois, donc dans l’ensemble je ne peux pas dire que ça n’a pas été positif ! Mais je mesure tout de même ma critique car certains points peuvent être un peu gênants.

Les points positifs :

Le défi : 100 jours, c’est long… Très long ! 3 mois et 10 jours pour être précise. Le vrai défi n’était pas seulement de trouver des petits plaisirs tous les jours, mais vraiment de tenir sur la longueur. C’est là ou mon côté compétiteur a pris le dessus : interdiction d’abandonner!!

Laspect ludique et créatif : j’adore prendre des photos, trouver des idées un peu originales, bidouiller un peu les photos pour les rendre plus sexy…

Le côté communautaire : on ne va pas se mentir, quand on poste sur Instagram, on aime les likes et les commentaires ! Et puis cela permet aussi de créer un lien avec nos proches ou notre entourage : j’ai par exemple adoré suivre les aventures de ma copine qui m’a inspiré le challenge, et pareil pour celle qui m’a imité après ! Aucun doute que mes proches ont aimé avoir de mes nouvelles tous les jours, sans prétention aucune!

Se motiver : avoir à faire un post par jour permet également de se bouger, et de provoquer des instants heureux! Par exemple, après une journée de boulot un peu chiante, au lieu de rentrer s’affaler devant la télé en ruminant, on va boire un verre avec des copines, on se fait un ciné, une expo…

Et bien évidemment, l’aspect développement personnel : trouver un petit bonheur chaque jour permet vraiment de basculer dans la Team “verre à moitié plein”, et de relativiser nos malheurs. A la fin de la journée, on ne retient que le positif et ça c’est bueno !

Les points négatifs :

Les aspects les plus négatifs de ce challenge sont finalement les effets pervers des réseaux sociaux :

La recherche du beau : l’objectif quand on va sur Instagram, c’est de voir de belles photos… Du coup on se dit la même chose quand on poste la nôtre : il faut que notre moment heureux soit “instagrammable”. Sauf que parfois, ce n’est pas forcément le cas !

Un exemple : un jour, j’ai fait une présentation au boulot, et j’ai été couverte de compliments = sans conteste le moment de bonheur de ma journée. Sauf que difficile retranscrire ça en mode influenceuse/instagrammeuse : je n’allais pas demander à mes chefs et collègues à la fin de la réunion de prendre la pose pour inscrire ce moment dans la postérité….

Le soir même j’ai mangé des sushis devant la série Suits, OKLM. Cet instant était aussi un bon candidat au meilleur moment de la journée, mais en vrai je ne l’ai choisi que parce que ça rendait mieux en photo!

Les happy days sont donc parfois un peu biaisés.

L’autre gros point négatif est : l’obsession de trouver sa photo du jour.

Plutôt que de vivre de belles choses pleinement, on réfléchit parfois plus à comment on va retranscrire le moment, sous quel angle on va prendre la photo, quel hashtags ont va utiliser…
Un peu dommage! Après avoir fini le challenge, j’ai d’ailleurs eu un sorte de syndrome post traumatique : à chaque fois que je faisais un truc cool, je me disais “Trop bien, ça va être ma photo du jour”… #geek

Pour conclure :

On aime le principe, c’est une belle expérience à tenter!

Mais il faut faire attention à ce que ça ne devienne pas une contrainte pour toutes les raisons citées plus haut, et garder en tête que l’intérêt est de prendre le temps de reconnaître et d’apprécier les moments heureux, et non pas de les travestir pour les partager sur Instagram.

Une fille toute simple, parfaitement imparfaite, ayant une forte propension à l'exagération et à la bonne humeur.

Commentaires (4)

  1. Trop top les happy days !!!! Je l’ai jamais fait personnellement mais j’adore te voir poster des trucs tous les jours !!! 🙂 c’est mon moment Happy de la journée aussi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *